Innovation, Traçabilité, Durabilité

 
 
25007105_187053645181494_1395767012881334272_n.jpg
 
 

EN I FR

Qualité plutôt que Quantité

1,36 milliard de kilos de chocolat sont consommés chaque année aux États-Unis. Mais c’est en Europe que la consommation par habitant est la plus élevée, 16 pays européens figurent parmi les 20 premiers consommateurs de chocolat au monde.

L'industrie mondiale du chocolat évaluée à près de 100 milliards USD/an devrait croître à un rythme annuel de plus de 7% / an entre 2018 et 2022, pour atteindre 161 milliards USD.

Du côté des producteurs, 70% du cacao provient du Cameroun, du Ghana, de l'Indonésie, du Nigéria et de la Côte d'Ivoire, qui à elle seule représente près de 40% du marché mondial. Les plus gros importateurs au monde peuvent être classés en différentes catégories en fonction de leur demande en fèves de cacao, en poudre de cacao ou en chocolat. Ainsi, en 2009, les Pays-Bas étaient le plus grand importateur de fèves de cacao, les États-Unis les plus gros importateurs de cacao en poudre et l'Angleterre, le plus gros importateur de chocolat.

L’augmentation constante de la consommation de chocolat, dont le principal ingrédient est le cacao, l’engouement de nouveaux pays émergents tels que la Chine, l’Inde et l’Indonésie (dont la part de marché devrait atteindre 14,3% d’ici à 2026) … encourage la progression des prix. En Europe, le plus gros consommateur reste la Suisse avec plus de 10 kg consommés par an et par habitant contre environ 6 kg pour la France. Depuis 2008, la demande a dépassé la production, qui s'élève à environ 4,1 millions de tonnes. Cette tendance se poursuivra aussi longtemps que les prix ne seront pas assez élevés pour que la consommation ralentisse.

Le secteur reste déséquilibré et archaïque, affichant l’une des plus mauvaises performances en termes de croissance des rendements/HA en comparaison avec les principales catégories de produits de base. Le manque total d’innovation, le manque d’approche scientifique, une gestion peu professionnelle et une pléthore de problèmes environnementaux et sociaux ; notamment la déforestation à grande échelle, l’utilisation de pesticides non certifiés, d’engrais, le travail généralisé des enfants et l’absence de parité signifient que la production ne respecte pas les normes de qualité mondiales.

Cette matière première est également soumise à de fortes fluctuations de prix et un marché ultra-spéculatif. Sur le marché du cacao, la demande augmente à un taux moyen de 2,5% par an. Le marché du cacao est donc particulièrement volatil, sujet aux baisses comme aux hausses spectaculaires. Par exemple, au début de 2008, le cacao a subi une crise profonde et s'est redressé en quelques mois seulement.

L'avenir du cacao semble prometteur selon les spécialistes. Dans les pays émergents, la demande continue de croître. Si la tendance de croissance se confirme, le prix du cacao devrait être multiplié par cinq d'ici 2030.

Bien que la production de cacao soit suffisante dans le monde, elle ne respecte pas les normes de base en matière de traçabilité, de déforestation et de travail des enfants. KKO INTERNATIONAL offre un écosystème qui repose sur 5 piliers fondamentaux (voir la vidéo ci-dessous) : une fève entièrement traçable et de qualité,  des récoltes stimulées par l’irrigation, le greffage et l’utilisation d’engrais organiques.

 
 
 
 

Grandir de maniéré responsable - un facteur clé

 
 
DSC01135.jpg
 
 

#800 000 cacaoyers irrigués et greffés

Nous croyons fermement au potentiel de croissance du secteur du cacao et à la nécessité d'un produit durable et traçable dans les années à venir. Aujourd'hui, la Chine consomme environ 100 grammes de chocolat par habitant/an. En comparaison, les Brésiliens consomment 2 kg. Si les Chinois venaient à consommer, dans les années à venir, même en équivalent brésilien, cela représenterait 3,6 millions de tonnes par an, soit presque la production mondiale actuelle. La demande devrait dépasser largement l'offre et le chocolat pourrait devenir un véritable produit de luxe dans quelques années.

Gardant à l’esprit les ambitions du projet en termes de productivité par arbre, il a été décidé d’adopter la variété «Mercedes» et de lancer un programme concerté de greffage et de clonage pour stimuler la production et assurer l’homogénéité.

Aujourd'hui, nos équipes en interne veillent à ce que les tâches agronomiques telles que la taille, le greffage, le désherbage, la fertilisation (organique) et la fertigation (chimique) soient exécutées de manière à créer des conditions optimales.

 
 
 
 

Cultures mixtes en tant que fondement d’une forte biodiversité

 
 
IMG_2750.JPG
 
 

Approche de culture mixte

Nous avons adopté un protocole de culture mixte, dans lequel le café et le teck sont utilisés conjointement avec le cacao. L’objectif est de promouvoir la polyculture, également appelée culture intercalaire ou co-culture, qui consiste à planter simultanément deux ou plusieurs plantes dans le même champ, en intercalant les cultures afin qu’elles poussent ensemble.

En plantant plusieurs cultures non concurrentes, la culture mixte optimise l'utilisation des terres, chacune présentant des caractéristiques différentes. Elle permet une meilleure utilisation des OPEX (exemple: partage d’équipes et d’équipements) à mesure que les plantations mûrissent en fonction des saisons et elle offre une multitude d’avantages environnementaux :  l'équilibre entre l'apport en éléments nutritifs du sol, l'élimination des mauvaises herbes et des insectes nuisibles, la résistance aux extrêmes climatiques (humide, sec, chaud, froid), la suppression des maladies des plantes, l'augmentation de la productivité globale et la gestion optimale des ressources rares du terroir.

 

Café: #100 HA d'Arabusta en 2019

Arabusta est un hybride de Robusta et d’Arabica, développé dans les années 1960 en Côte d'Ivoire. La variété ci-dessus a été fournie par le CCC (Conseil Café Cacao) et sera plantée sur des parcelles que nous exploitons déjà.

Selon les analyses de sol établies par les pédologues en interne, certaines des parcelles ne peuvent pas être plantées en cacao en raison des niveaux de PH, de la nature granuleuse du sol et de la profondeur insuffisante. Le café convient parfaitement à de telles conditions. Avec un faible CAPEX (sans irrigation) et des économies en OPEX (équipes de partage des opérations de cacao), l'utilisation du mélange de haute qualité d'Arabusta présente un fort potentiel de développement compte tenu de la rareté de la production disponible : Ivory Coast's Presidential Coffee May Soon Become Extinct.

 

Teck : à la fin de 2019, nous atteindrons 200 000 arbres pour la phase 1

Le teck est un bois précieux, durable, facile à travailler et résistant aux agressions climatiques, aux insectes et aux termites. Au fil des siècles, il a acquis une réputation sans égale notamment depuis les premières plantations enregistrées au 7ème siècle en Indonésie. Depuis le 17ème siècle, les plantations se sont multipliées avec succès en Asie. Au début du 20e siècle, des graines d’Inde et de Birmanie ont traversé les océans et permis le développement de plantations de teck en Afrique et en Amérique tropicale.

Outre qu’il constitue une excellente culture périmétrique, permettant de définir les limites de notre plantation et de la protéger contre les intempéries, le vent et les maladies, le teck est un arbre feuillu avec un temps d'inflammation long, considéré comme le meilleur choix pour la prévention des incendies. La région est connue pour ses feux de brousse fréquents (voir ci-dessous) ayant causé la destruction à grande échelle de la flore et de la faune. Nous plantons activement le teck, encourageons les cultures intercalaires et préservons la biodiversité.

Nos protocoles internes, appliqués par des équipes formées et dédiées, utilisent des produits phytosanitaires figurant sur la liste des "produits certifiés". De plus, les plantations présentes sur des zones délimitées, évitent tout déplacement de population. La croissance des arbres étant lente, elle favorise la séquestration du CO2 et élimine les gaz à effet de serre.

Notre ambition : 500 000 arbres - phase 1 du programme de reboisement

 
 
 

Prêt à travailler avec nous?

Envoyez nous votre CV

Reste en contact

 
21294478_1972303889671529_7564431813444108288_n.jpg